RABBI - OPÉRA DE NORMAND GASNIER

RABBI | Opéra de Normand Gasnier

En grande première mondiale à Saint-Eustache !

Présenté par Wow-Cogeco 104.9/102.1

Vendredi 12 juillet 2019 - 20h 

Église Mère de Saint-Eustache, 123 rue Saint-Louis, Saint-Eustache

INFO BILLETS : 35$ incluant les frais de services

Opéra en français de 3 actes relatant les faits marquants de la passion de Jésus, de son arrestation jusqu'à la pentecôte.

C'est notre tête d’affiche Hugo Laporte, à la riche voix de baryton et interprétation unique qui sera Jésus! Le rôle parfait pour lui que l’on surnomme la voix du Bon Dieu sera cette fois, dans le Bon Dieu ...

À PROPOS DE L'OPÉRA RABBI

En Israël, sous occupation romaine, le prophète juif Jésus se fait trahir par un de ses apôtres Judas, qui le livre aux prêtres qui lui font suivre un procès injuste et l'envoie au gouverneur Romain Pilate pour décider de son sort et le mettre à mort. Le grand prêtre Caïphe fera tout jusqu'à la fin pour que Jésus disparaisse et même ceux qui le suivent. Jésus est crucifié et mis à mort, mais il ressuscite et apparaît à sa fidèle disciple Marie-Madeleine pour qu'elle annonce la bonne nouvelle qu'il est vivant. Pierre est indécis et perplexe de l'affection du maître envers lui. Jésus annonce avant sont départ que tous sont égaux peu importe leur condition et qu'il recevront son esprit bientôt pour les guider dans leur vie incarnée. La pentecôte se réalise et tous les croyants présents et les autres reçoivent l'esprit promis. Pierre, Marie-Madeleine, Marie et tous les disciples de Jésus marcheront dorénavant avec confiance sur les pas du maître Rabbi.

AVEC LA PARTICIPATION DE L'ENSEMBLE ORCHESTRAL DES LAURENTIDES 

Dans le cadre de cette grande première, vous aurez également l'occasion de découvrir l'Ensemble orchestral des Laurentides, récemment formé et qui, grâce à son Directeur Artistique, le violoniste québécois de renommée internationale David Lefèvre, vous offrira une vision nouvelle, dynamique et attractive de la musique classique. L'EOL à pour mission de faire rayonner les notes et talents de notre belle région des Laurentides non seulement sur un plan local, national mais également, international.

Une autre grande première vous attend lors de cette soirée : la création d’une toile par la talentueuse artiste-peintre Pascale Labelle. Cette oeuvre sera par la suite mise en vente et les fonds seront partagés entre la maison Sercan et le FestivalOpéra de Saint-Eustache afin de les aider dans le bien de leurs missions.

DISTRIBUTION RABBI

Jésus :
Hugo Laporte, baryton

 

Marie-Madeleine :

Arminè Kassabian, mezzo

 

Pierre  :

Enrique Angeles, baryton, basse

Marie :

Chantal Dionne, soprano

Caïphe :

Marcel Beaulieu, basse

 

Jean et David : 

Danny Leclerc, ténor

 

Thomas :

Rodrigo Monardès-Marin, ténor

 

Ponce Pilate :

Benoit Pitre baryton, basse

ORCHESTRE EOL - FOSE

 

VIOLON 1:

Helga Dathe solo

David Piché

Marie-Claude Massé

François White 

Marylise Piché

 

VIOLON 2:

Ana Drobac  Principale

Diane Rodrigue 

Victoria Dathe

Jorge Dania

VIOLONCELLO :

Kateryna Bragina- Principale  

Viviana Gosselin

 

CONTREBASSE :

Hugo Paquet

Piano:

Michel-Alexandre Broeckaert 

CHOEUR DU FOSE :

Pierre-Luc Gauthier, chef

 

CHORISTES SOPRANO 

Cécile Deschenes

Geneviève Laforge

Chantal Therrien  

Julie Moineau

Amélie Lajeunesse

CHORISTES SOPRANO 2

Myrna Naman

Denise Ducharme

Françoise Roy

Violaine Poudrier

Lisette Nepveu

Francine Thuot

Lucille Leblanc

Jeanine Dumoulin

CHORISTES TÉNOR

Danny Leclerc - Apôtres David et Jean

Rodrigo Monardes-Marin - Apôtre Thomas

Serge Grenier

Henri Roy

CHORISTES BASSE

Benoit Pitre, baryton-basse - choriste-soliste

Ponce - Pilate

FIGURANT ENFANT

Simon Pelletier

DURÉE : 90 minutes (avec entracte)   - PROGRAMME À VENIR

 

Billets disponibles en ligne au coût de 35$ via TicketPro

 

ARTISTES

Normand Gasnier, compositeur 

« La création musicale pour moi est un prolongement de ce que nous sommes et cela se reflétera certainement jusqu'au oreilles de l'auditeur. Un travail quotidien essentiel et sacré s'active tout en ne forçant jamais rien; écouter et décoder les musiques matinales qui survolent tout autour et à l'intérieur. Musique instrumentale ou vocale, des images mises en scénario se mettent aussitôt en construction pour donner un fil conducteur logique et artistique pour finalement devenir une histoire. Le lyrisme, le fantastique, le sacré, l'histoire et les langues des peuples me nourrissent et me passionnent, prenant vie avec harmonie dans un langage musical simple et vrai. Un style cinématographique universel! »

Normand Gasnier, compositeur

 

Compositeur né à Alma, Québec, Canada. De père musicien provenant de la musique populaire et folklorique, avec la musique classique et lyrique qu'il a travaillé, toutes ces influences ont su forgé son univers musical.

 

Il a poursuivi des études de musique au Cégep d'Alma (guitare, piano et violon) puis la composition avec François Morel et la direction d'orchestre à l'Université Laval de Québec ainsi que le chant grégorien et la musique sacrée en Angleterre et en France.

 

Compositeur éclectique, depuis 1998 il a fait des albums de musique du monde, de musique populaire et de musique sacrée. C'est en 2007 qu'il décide de se consacrer surtout à la direction et à la composition de musique d'orchestre, de choeur et d'opéra.

 

Il a été notamment fondateur et directeur musical de la Société Harmonique de Québec de 2007-2010 (nom du premier orchestre au Canada fondé en 1820 par son ancêtre allemand Frédéric Glackmeyer) et en 2011 du Kosmopolite Orchestra de Paris. En 2012 il est fondateur et chef du Choeur Fidélys d'Alma et a dirigé en 2013-2015-2017 le grand choeur de la Gaillarde, Alliance des chorales, Saguenay-Lac-saint-Jean (150 à 250 choristes). En 2015 il a produit son premier opéra Rabbi et Le Nouveau Monde en 2017, dans lesquels il fait la composition de la musique, l'écriture du livret, réalise la mise en scène et la direction musicale.

 

Sa musique est un flot d'images décrivant l'inspiration du sujet traité avec émotions et harmonies, un style cinématographique universel.

Bruce Grant, chef d’orchestre

Maestro Bruce Grant est directeur de musique au Théâtre Lyrique et à l’Atelier lyrique de Bourgogne. En tant que compositeur, il a composé cinq opéras, un ballet, des musiques de film, ainsi que de nombreuses pièces instrumentales.

 

Les œuvres de Maestro Grant ont été présentées au Canada, aux États-Unis et en France. Il a été chef d'orchestre et chef du chœur à l'Opéra de Dijon pendant vingt ans, après quatre ans à l'Opéra de Nantes et cinq ans à l'Opéra de Lille. C'est un parcours traditionnel que peu de chefs suivent actuellement: comme chef de chant accompagnant des mises-en-scène pour des chefs expérimentés, puis comme chef des chœurs suivant les répétitions et dirigeant dans les coulisses. Ceci  lui  a permis  d'approfondir  un grand nombre d’œuvres avant  de  les diriger. Il dirige régulièrement au Festival de Lamalou les-Bains au Languedoc, au Théâtre d'Opérette de Lyon, et à l’Opéra de Rimouski au Canada.

 

On a pu le voir diriger Carmen, Le Barbier de Séville, Tosca, Mireille, La Bohême, Le Postillon de Lonjumeau, Les Contes d'Hoffmann ainsi que de nombreuses opérettes. À ses débuts en 1973, Maestro Grant a travaillé en Europe, d'abord à Londres comme pianiste à l'English Opera Group, compagnie fondée par Benjamin Britten. Puis il devient pianiste au Royal Ballet et Welsh National Opera.

 

Ses récents engagements et à venir en 2018-19 et 20   incluent des concerts à Béziers et présentations d’extraits de ses opéras: Rigolfabar et Le Fantôme de la cité démocratie,  La Belle Hélène à Dijon et Carcassonne, une soirée viennoise à Grenoble avec extraits de La Veuve joyeuse, Rêve de valse, Victoria et son hussard, les Trois valses et Princesse Czarda. La saison prochaine il présentera  une soirée des années vingt et trente, à Dijon et Carcassonne ainsi qu’ Au Pays du soleil de Vincent Scotto dans sa  propre orchestration pour une douzaine de musiciens.

 

Ses  engagements en 2016-17 ont inclus: La Belle Hélène au Grau du Roi, un gala lyrique à Dijon, Le Barbier de Séville et La Traviata au Festival de Lamalou les Bains.Tout récemment en décembre 2015, il a dirigé deux productions différentes d'Un de la Canebière de Vincent Scotto et en Janvier 2016, Le Pays du Sourire à Dijon, Carcassonne et Nancy.

 

Né à Thunder Bay, Ontario, Bruce Grant a fait ses études au Conservatoire de Montréal: piano avec Lubka Kolessa, solfège avec Raymond Daveluy et théorie avec Jean Papineau-Couture, se produisant trois fois en tant que soliste avec l'Orchestre Symphonique de Montréal sous la direction de Wilfrid Pelletier.

 

Il a poursuivi ses études à la Julliard School de New York, et dans les universités de Californie du Sud et en Indiana, grâce à plusieurs bourses du Conseil des Arts du Canada.

 

En 1983, il obtient en Indiana un doctorat en musique: direction d'orchestre lyrique avec une thèse sur la structure formelle des opéras de Mozart.

Mirco Michelon, metteur en scène

Mirco Michelon homme de théâtre et d’écriture, impressionne le public avec ses mises en scène ingénieuses. Il sait combiner une excellente connaissance de la partition, tout en étant capable de suivre à la fois les indications sur scène liées à l'aspect musical, un excellent travail sur le personnage par rapport à l'intrigue et une excellente combinaison de compétences scénographiques et costumières, des instruments technologiques tels que la technique d'éclairage, des projections vidéo et des vidéos en direct. Son répertoire musical et scénique s'étend du domaine classique (Monteverdi, Gluck, Mozart, Bellini, Verdi etc.) au domaine contemporain (Hindemith, Berio, Lombardi, Mannino, Ligeti, Bussotti, Maderna etc.)

 

Mirco Michelon travaille comme essayiste et conférencier en Italie et à l'étranger sur des thèmes liés au théâtre, à l'opéra, à la littérature, à l'interaction des arts visuels, au théâtre et son lien avec la société et la politique. Mirco Michelon prépare une thèse de doctorat à l'Université Paris 8 avec une thèse sur Edoardo Sanguineti, sous la direction du MCF HDR Camillo Faverzani, et il fait partie depuis 2014 de l'équipe narratrice Opéra narrateur de la même université, dirigée par Camillo Faverzani.

 

Il est metteur en scène adjoint de Francesco Bellotto, avec lequel il réalise Le Cinesi de Christoph Wilibald Gluck et la première mondiale de Il ritorno dei Chironomidi de Giovanni Mancuso. Depuis 2017, il est professeur de mise en scène pour les cours de trois années de Scénographie à l'Accademia di Belle Arti Pietro Vannucci à Pérouse.

 

Il a collaboré avec le Gran Teatro La Fenice of Venezia, Teatro Regio di Torino, Teatro Comunale di Bologna, Centro Servizi Culturali Santa Chiara di Trento, Festival Pergine Spettacolo Aperto, Festival Il Giglio è Lirica, Festival Progetto Opera di Rovereto, Festival Mozart Nacht und Tag di Torino, CineTeatro Baretti di Torino, Festival MiTo, Warszawska Opera Kameralna… pour ne nommer que ceux-là.

                                                                           

Il fait ses débuts en 2000 avec la mise en scène de plusieurs pièces de théâtre (Pamela de Carlo Goldoni, Le Baccanti d'Euripide, Il importe d’être Constant d'Oscar Wilde,K d'Edoardo Sanguineti, extraits de Bajazet de Jean Racine et Tamerlan le Grand de Christopher Marlowe, etc.), et dans la musique avec une mise en espace de La jeune fille et la mort de Franz Schubert et de Pierrot Lunaire d'Arnold Schönberg. Il se perfectionne dans la profession de metteur en scène lyrique en tant qu'assistant pour Il barbiere di Siviglia de Gioachino Rossini, mis en scène par Luca Ronconi, Il matrimonio segreto de Domenico Cimarosa, mis en scène d'Emanuele Gamba et Histoire du soldat d'Igor Stravinsky, mis en scène par Monique Arnaud et Stefano Monti. Il organise à Venise des extraits de Götterdämmerung de Richard Wagner et de Faust. Un travestimento d'Edoardo Sanguineti-Luca Lombardi. En 2009, il a mis en scène à Milan Il Trovatore di Giuseppe Verdi et La Cenerentola de Gioachino Rossini ; en 2010 à Trente l'œuvre Il Diavolo in giardino de Franco Mannino et Luchino Visconti, qui a été bien accueillie par la critique et le public. En 2011, à Gênes Rigoletto de Giuseppe Verdi (avec deux différentes versions en 2012 à Barlassina et Rovereto), à Turin le diptyque Hin und Zurück et Der Dämon de Paul Hindemith et Le Journal de Jean la Bourrasque de Nino Rota et Lina Wertmüller, avec des répliques également en 2012.

 

Il est assistant à la mise en scène de Paolo Ciaffi Ricagno pour la première représentation mondiale de Solaris d'Enrico Correggia pour le MiTo Festival. En 2012, il participera à la mise en scène de Mozart et Salieri de Puskin et Bastien und Bastienne de Wolfgang Amadeus Mozart et au diptyque Il ballo delle ingrate de Claudio Monteverdi et Historia de Jephte de Giacomo Carissimi à Turin, Norma de Vincenzo Bellini à Gênes (avec une nouvelle version à l’Île de Giglio), Chansons de Bilitis de Claude Debussy à Turin, L’isola disabitata de Joseph Haydn dans les théâtres abruzzais, Rome et Varsovie, La Boîte à Joujoux de Claude Debussy comme projet didactique pour les écoles primaires de Paris etc..

 

Il a eu l'occasion d'apprendre le métier avec beaucoup des noms importants parmi lesquels: Alfonso Antoniozzi, Francesco Bellotto, Paolo Ciaffi Ricagno, Walter Le Moli, Davide Livermore, Claudio Longhi, Mario Martone, Damiano Michieletto, Italo Nunziata, Luca Ronconi, Antonio Salines, Giorgio Strehler, Stefano Vizioli (metteurs en scène), Gae Aulenti, Massimo Checchetto, Margherita Palli (scénographes), Giovanna Buzzi, Vera Marzot, Carlos Tieppo, Piero Tosi, Alberto Verso (costumes), Fabio Barettin, Alessandro Carletti, Claudio Coloretti, Guido Levi (eclairigistes) etc..

 

Mirco Michelon a développé des relations d'estime professionnelle et humaine avec Rino Alessi, Gabriele Bonolis, Alessandro Cammarano, Ildebrando D'Arcangelo, Giulia De Blasis, Eleonora De La Peña, Lino Guanciale, Teresa Iervolino, Antonio Lemmo, Luca Lombardi, Mirco Palazzi, Carmela Remigio, Annalisa Stroppa et de nombreux autres artistes…

 

Né à Trente le 24 août 1982, il étudie depuis son enfance le violon, le piano, l'orchestre au Conservatoire de Musique Antonio Bonporti de Trente et au théâtre de la prose. Il est diplômé du Lycée Giovanni Prati de Trente et a obtenu son diplôme en direction théâtrale et musicale au DAMS de Bologne et à l’Université IUAV de Venise. Il est formé dans le monde du théâtre et de l'opéra grâce à de nombreuses expériences de récitation, diction, expression corporelle, lecture et interprétation des textes et de la partition avec le cours Te.Sp.I (disciplines musicales à orientation technologique pour la direction de prose et de théâtre musical) au Conservatoire Giuseppe Verdi de Turin. Depuis 1997, il a eu l'occasion de participer à de nombreux spectacles, tant en prose qu'en paroles, tels que mime, accessoiriste, comédien, assistant aux lumières, assistant mise en scène.

Pascale Labelle- artiste peintre

Pascale Labelle est née en 1969 dans le quartier d’Auteuil, dans la ville de Laval (QC) au Canada. Diplômée d’une technique en design de présentation visuelle, c’est pourtant comme chef dans le monde frénétique des cuisines et de la restauration qu’elle travaillera.

 

En 2009, en pratiquant la méditation, l’intuition suggère à Pascale de s’acheter un pinceau, de l’acrylique, un canevas et de peindre… Elle suivra cet appel en toute innocence...Après un premier essai raté qu’elle tente de faire disparaître, elle voit émerger sur un fond devenu quasi monochrome un visage… cette découverte la transformera. Est né son processus artistique, sa Signature!

 

Étonnée non du résultat mais de la relation qu’elle découvre entre sa toile et elle-même, elle se met à peindre quotidiennement soirs et matins dans son loft de Montréal malgré un horaire de travail hyper chargé.

 

En 2012, Mme Tere Romero, directrice de la galerie d’art Gala située Montréal s’intéresse au travail de l’artiste par l’entremise d’un ami commun.

 

La rencontre entre les 2 femmes est fantastique et elles décident d’exposer trois toiles en vitrine. Quelques jours plus tard, la première toile est vendue. Le lendemain après-midi, tournant des burgers sur le grill, Pascale recevra un appel lui mentionnant qu’une deuxième toile vient tout juste d’être également vendue…C’est alors, dans une ruelle du Plateau Mont-Royal, que Pascale s’agenouillera les bras dans les airs, cigarette à la bouche… 

La 3e sera vendue elle aussi en très peu de temps et Tere Romero demandera à l’artiste de produire 8 à 12 toiles pour sa première exposition solo, ‘’ La Résonnance d’Élizabeth’’ qui aura lieu la même année.

 

Pascale sort de l’ombre!

 

En 2015, la deuxième exposition solo « Labelle …présente Pascale » se tiendra à la galerie Carte Blanche de Montréal.

En 2018, la troisième exposition solo de l’artiste « mon show…ma cathédrale » aura lieu au Centre d’art de la petite église de Saint-Eustache. Cette expérience lui aura valu, entre-autre, une mention du ministre de l’environnement actuel, Benoit Charrette, à l’assemblée Nationale du Québec.

 

Entre ces expositions solos, multiples expositions collectives, projets, rencontres d’artistes, et commandes personnelles ont permis à Pascale de vivre et partager de belles expériences humaines et culturelles.

 

Depuis cet appel intuitif en 2009, une centaine d’œuvres plus tard, il y a toujours une toile en progression dans l’appartement de Pascale, son atelier, sa demeure… quelque part à Chomedey, Laval, Québec.

Hugo Laporte, baryton- rôle-titre de Jésus

Reconnu pour l’élégance de son chant, son timbre riche et velouté, son sens de l'interprétation hors du commun et son charisme sur scène, le jeune baryton québécois Hugo Laporte est lauréat de nombreux concours dont le Grand prix au Concours OSM Manuvie, 1er prix au Concours de musique du Canada, 3e prix au Prix d’Europe et au Concours international de Marmande (catégorie mélodie). En tant que « Jeune espoir lyrique canadien », il développe sa carrière internationale grâce au soutien des ​Jeunes ambassadeurs lyriques​.

 

Sa saison 2019/20 débutera en Chine avec deux concerts à l’Opéra de Shenzhen, marquera ses débuts au Manitoba Opera dans le rôle de Moralès et ​Le Dancaire (​Carmen​) et une première collaboration avec Bernard Labadie pour la ​Messe en Do de Beethoven à l’Orchestre symphonique de Québec

 

En début de saison 2018/19, il fait un retour à l’Opéra de Québec dans le rôle de ​Albert ​(​Werther​), salué unanimement par les critiques pour sa voix “homogène, chaude et bien timbrée”. Parmi ses prochains engagements, mentionnons ​Valentin à l’Opéra de Rimouski, ​Jésus dans la première mondiale de ​Rabbi de Gasnier au FestivalOpéra de Saint-Eustache, le rôle de ​Riff (​West Side Story​) avec l’Orchestre de la Francophonie et “Viennoiseries musicales III” au Festival d’Opéra de Québec.

 

Parmi les faits saillants de 2017/18, soulignons son incarnation ovationnée du ​Fantôme (​Le Fantôme de l’opéra)​ dans sa première mondiale en français, présentée par l’Orchestre de la francophonie, ses débuts remarqués à l’Opéra de Montréal en ​Mercutio (​Roméo et Juliette​) et à l’Opéra de Massy en ​Schaunard (​La Bohème)​ , ainsi qu’une tournée de concerts en Chine et un concert-gala à l’Opéra-Hélikon de Moscou, offerts par les ​Jeunes ambassadeurs lyriques​. Il collabore de nouveau avec l’OSM, à l’occasion de la Messe de do​ de Mozart, et avec le Choeur classique de Montréal pour la ​Passion selon saint Matthieu​.

 

Lors de saisons passées de nombreux rôles lui ont été confiés, tels que ​Figaro (​Le Barbier de Séville​) et Escamillo (​Carmen)​ à la Société d’art lyrique du Royaume, ​Moralès et ​Dancaïre (​Carmen)​ au Theater Regensburg. Régulièrement invité en concert au Canada, en Europe et en Asie, il a collaboré avec des ensembles tels que le Deutsche Radio Philharmonie, le Staatsphilharmonie Nürnberg, l’Opéra-Hélikon de Moscou, l’Opéra national de Biélorussie, les orchestres symphoniques de Montréal, Québec, Sherbrooke, Gatineau et Terre-Neuve; l’Orchestre du Centre National des Arts, Clavecin en concert, la Sinfonia de Lanaudière; et théâtres tels que le Teatro comunale di Bologna, le Théâtre Daning de Shanghai, le Grand Théâtre de Quindao, le Grand Théâtre de Baotou; et des festivals tels que le Festival de Lanaudière, le Virée classique de l’OSM, le Festival Bach de Montréal, le Festival d’Opéra de Québec et le Festival Orford.

 

Également apprécié dans le répertoire sacré, il interprète régulièrement des oeuvres telles que le ​Requiem de Fauré, le ​Requiem allemand de Brahms, le ​Requiem de Duruflé, la ​Passion selon saint Matthieu de J.S. Bach, la ​Petite messe solennelle de Rossini, la ​Messe solennelle de Sainte-Cécile de Gounod, et le ​In Terra Pax​ de G. Finzi.

 

M. Laporte détient une maîtrise en musique avec mention au tableau d’honneur, sous la tutelle de la soprano Patricia Fournier, à l’Université Laval. Il s’est également perfectionné auprès de professeurs réputés dont Antonio Carangelo, Benita Valente, Jean-François Lapointe et Ghinka Radilova. M. Laporte tient à remercier chaleureusement la Relève musicale de Québec pour leur soutien durant ses études, et les Jeunes ambassadeurs lyriques pour leur important soutien au développement de sa carrière à l’international.

Pierre-Luc Gauthier, chef du Choeur

Pierre-Luc Gauthier est le directeur musical de l’Orchestre symphonique des Basses-Laurentides depuis janvier 2016. Passionné de musique depuis l'adolescence il saute d'un groupe de musique à l'autre dans lesquels il joue la batterie, la contrebasse et la basse électrique, les claviers, et les instruments à vent.

 

De passage au collège Lionel-Groulx, il étudia la flûte traversière ainsi que la basse électrique dans le programme de musique populaire. Il en profitera aussi pour développer ses aptitudes à l'écriture d'arrangements pour de petits à moyens ensembles. Il joue notamment les saxophones (baryton, tenor, et alto), clarinettes (basse et soprano), hautbois, trombone et trompette.

 

Il dirige, depuis les huits(8) dernières années, diverses activités de musique parascolaires pour les élèves d'école secondaire de la région, incluant des formations de plus de 15 musiciens pour lesquelles il signait tous les arrangements.

D'un naturel autodidacte, il touche à plusieurs disciplines dont l'électronique, la programmation informatique, l'animation 3D et la radio.

Anne-Audrey Deltell, assistante mise en scène

Depuis sa sortie en 2012 de l’École Supérieure de Théâtre (EST) de l’Université du Québec à Montréal, Anne-Audrey cumule les projets artistiques oscillant entre le théâtre et la musique. Diplômée d’un baccalauréat en arts dramatique, profil études théâtrales, précédé d’un certificat en Histoire de l’art ainsi que d’une formation collégiale en cinéma, elle se passionne pour les différents liens tissés entre les arts et leur représentation.

 

Durant sa formation et depuis sa sortie de l’EST, Anne-Audrey a travaillé tour à tour à divers postes de plusieurs jeunes compagnies théâtrales : metteure en scène puis directrice administrative de C.R.É.A.T.U.R.E, troupe fondée pour et par les étudiants en études théâtrales de l’EST, metteure en scène du projet Biz’Art de l’organisme Oxy-jeunes, puis aux relations de presse et à la direction administrative de la troupe Déviation2 Théâtre. Elle a aussi occupé celui d'assistante à la mise en scène et de régisseure d’opéra pour le FestivalOpéra de Saint-Eustache (en 2013 La Flûte enchantée de Mozart et en 2015 Cendrillon de Pauline Viardot) ainsi que pour l'Atelier Lyrique du Cégep Marie-Victorin à Montréal-Nord dirigé par Nathalie Deschamps (2012, Les mousquetaires au couvent de Louis Varney et 2013, L’Opéra de quat’sous de Bertold Brecht et Kurt Weil).

 

Anne-Audrey enseigne également le théâtre en parascolaire depuis plusieurs années au secondaire, s’occupant de tous les aspects de la production (mise en scène, décors, costumes, éclairages et sons). Elle a occupé différents postes de médiation culturelle entre autre pour la Compagnie musicale La Nef dans le cadre d’un projet avec La Maison des enfants de Montréal. Elle préparait et animait des ateliers de médiation effectués dans le but de produire le conte musical Le chat et le gondolier. Elle fut aussi médiatrice culturelle pour L’Illusion, Théâtre de marionnettes pendant près de deux ans.

Michel-Alexandre Broekaert, pianiste

Reconnu pour ses interprétations senties et spectaculaires, le pianiste québécois Michel-Alexandre Broekaert est l’un des musiciens les plus prometteurs de sa génération. Habité très tôt d’une passion pour l’accompagnement et la musique de chambre, il cumule une expérience aussi vaste qu’éclectique. À l’aise tant à la scène qu’au studio, il partage son temps entre le répertoire instrumental et le monde de l’art lyrique avec tout autant de bonheur. Pédagogue dans l’âme, ses activités de coach/pianiste-collaborateur à l’Université de Montréal ainsi qu’à l’Université Mcgill nourrissent sa passion pour la transmission du savoir aux générations de jeunes musiciens. L’avenir de la musique classique lui tient aussi à cœur; c’est ainsi qu’il s’engage activement auprès d’organismes établis et de collectifs de musiciens chevronnés, dans l’optique de présenter cette forme d’art sous un jour accessible et décloisonné.

 

Il collabore depuis de nombreuses années avec les Jeunesses Musicales du Canada, qui lui ont offert plusieurs tournées pancanadiennes en tant que chambriste et directeur artistique. Organisme aux multiples missions, au nombre desquelles on retrouve la nécessité d’offrir des concerts de musique classique de grande qualité à des audiences éloignées des grands centres urbains, les JMC eurent un impact déterminant sur sa conception du rôle du musicien dans notre société. C’est ainsi qu’il complète présentement une cinquième tournée sous leurs égides, aux côtés de la violoniste Nune Melik. Porté par la mission de révéler la beauté de la musique arménienne à l’Occident, le duo sort en 2017 son premier disque : Hidden Treasure, dont la tournée fait la promotion.

 

Très actif sur la scène québécoise, Michel-Alexandre collabore régulièrement avec de nombreux organismes, tels que l’Institut Canadien d’Art Vocal, l’Opéra de Montréal, le concours OSM-Manuvie, Opéra à la Carte, ainsi que le collectif Un Opéra Une Heure. En parallèle, il agit comme directeur artistique de La Petite Maison des Arts et occupe les fonctions de conseiller artistique à la Société d’Art Vocal de Montréal. Au quotidien, on le retrouve à l’Université de Montréal et à l’Université McGill, où il partage son expérience de chambriste avec les musiciens de demain.

 

Sa soif du dépassement et son enthousiasme communicatif a également trouvé un terreau fertile dans l’univers des concours, tel qu’en témoigne sa feuille de route étoffée. Lauréat de plusieurs concours nationaux et internationaux, c’est d’abord en solo qu’il s’illustre, avec des premiers prix au Concours de Musique du Canada, au Concours de concerto de l’Orchestre Symphonique de Trois-Rivières, ainsi qu’au Concours de concerto de son Alma Mater, l’Université de Montréal.

 

C’est dans le monde de la musique de chambre, plus particulièrement de la collaboration chanteur-pianiste, qu’il se révèle au monde, principalement aux côtés de la soprano québécoise Andréanne Brisson-Paquin. C’est ainsi que le duo s’illustre à Paris en 2011, recevant un Prix spécial du Jury récompensant la meilleure interprétation d’une œuvre de Francis Poulenc, dans le cadre du Concours International de chant-piano Nadia et Lili Boulanger. Ils récidivent en 2013, se méritant le 2ePrix du prestigieux Concours International de Musique de Chambre de Lyon.

 

Michel-Alexandre s’illustre également à la « 2016 Mary Trueman Art Song Vocal Competition», y recevant le «Pianist Prize» et plus récemment, il remporte le Prix spécial du meilleur pianiste accompagnateur lors du Récital-Concours International de mélodies françaises du Festival Classica.

Détenteur d’un doctorat de l’Université de Montréal, sous la tutelle de M. Jean Saulnier, il s’est aussi perfectionné à Vienne (Autriche) auprès du réputé pédagogue Avedis Kouyoumdjian.

Arminè Kassabian, mezzo- rôle de Marie-Madeleine

Reconnue pour son timbre riche et resplendissant, le mezzo-soprano Arminè Kassabian fait rapidement sa place comme l’une des jeunes artistes des plus recherchées au Canada. Arminè a chanté avec succès, le rôle du compositeur dans Ariadne auf Naxos avec Pacific Opera Victoria. La critique a saluée son interprétation du rôle, disant qu'elle a un timbre vocal remplis de fraicheur et attrayant et un mezzo-soprano qui apporte du renouveau sur la scène lyrique (Toronto Star), elle a dominé le prologue avec sa voix incroyable et ses talents de comédienne en jeune compositeur qui affiche une incroyable puissance et précision-sa voix est renversante. (CVV Magazine)

 

Arminè a participé avec succès au Concert Bénéfice du FestivalOpéra de Saint-Eustache en octobre 2018  ou elle a chanté l’air de Marie-Madeleine tire de l’opéra Rabbi du compositeur québécois Normand Gasnier. Elle tiendra ce rôle en juillet 2019 au sein de cette compagnie, Cet opera sera présenté en Première Mondiale et Arminè sera la créatrice de ce rôle. Arminè a participé à une Matinée Café - An Afternoon at the Opera présentée par Shenkman Arts Centre à Ottawa.

 

Récemment, Arminè  a interprété le rôle de Mercedes dans l’opéra Carmen de Bizet avec l’opéra Carmen on Tap et Mirabella dans l'opéra-comique Baron Tzigane de Johann Strauss  avec l'opéra Bouffe du Québec.

 

Ses récents engagements incluent le rôle d’Ermerance dans l'opéra-comique Véronique de André Messager à l'opéra Bouffe du Québec, Adalgisa dans Norma de Bellini à l'Opéra de Rimouski, le Komponist dans Ariadne auf Naxos et Suzuki dans Madama Butterfly avec Pacific Opera Victoria et Opera Lyra, les rôles de Mercedes dans Carmen avec l'Opéra Lyra d'Ottawa et de Carmen en tournée en Chine avec les Jeunes Ambassadeurs Lyriques. Ses rôles précédents avec l'Opéra Lyra studio ont inclus: Ruth dans The Pirates of Penzance, Rosie dans Le Barbier de Bytown et Cinderella dans La Cenerentola et elle a brillé dans le concert "Voix de chez nous" au Festival Opéra de Saint Eustache. Arminè s’est jointe au studio de développement de l’Opéra Lyra d'Ottawa en 2011-2014 et s’est produite avec les Jeunesses Musicales du Canada, les Jeunes Ambassadeurs Lyriques, Opera Brasov, Green Mountain Opera Festival, Festival Opéra de Saint- Eustache et Opera McGill. On l’a vu entre autres, dans les rôles de Hänsel dans "Hänsel Und Gretel" de Humperdinck, Carmen dans "la Tragédie de Carmen", Mère Marie dans "le Dialogue des Carmélites" de Poulenc, la fille de joie dans "Evangeline" de Colin Doroschuk, Ruggiero dans "Alcina" de Handel, la Première Sorcière dans "Didon et Enée" de Purcell, Dorabella dans "Cosi fan tutte" de Mozart, Carmen et Mercedes dans "Carmen" de Bizet ainsi que Rosina dans "Il Barbiere di Siviglia" de Rossini.

En concert, Arminè est très active que ce soit en récital ou en Oratorio. On a pu l’entendre dans la Messe du Couronnement de Mozart à Rimouski, "Messiah" de Händel avec Coro Vivo Ottawa, "Wachet! Betet! Betet! Wachet" de J.S Bach avec Thirteen Strings dirigé par Kevin Mallon,"la Passion selon Saint Mathieu" et "le Magnificat" de Bach, "le Gloria" de Vivaldi et "le Messie" de Händel avec l’ensemble Cantabile Chorale à Montréal et CAMMAC Ottawa-Gatineau Choir sous la direction de Maestro Louis Lavigueur et récemment un concert pour l'Armenian Bolsahay communauté.

 

En récital, elle s’est produite avec le Festival Music and Beyond, Ottawa Choral Society, Le Festival Expression Artistique d’Ici d’Ailleurs, Les Concerts Ponticello et avec la Fondation Bolsahay des Arméniens. Elle a participé à de nombreuses classes de Maitres au Centre d’Art Orford, Green Mountain Opera Festival et Opera Lyra donné par Edith Bers, Michael McMahon, Chantal Lambert, Sanford Sylvan, John Fanning, Kathryn LaBouff, Tyrone Paterson, Peter Strummer et bien d’autres. Arminè a remporté la première place au concours Opera Brian Law, deuxième place au Concours Association New Jersey Verismo Opera et a été semi- finaliste au concours Orchestre Symphonique de Montréal et au Concours International de Riccardo Zandonai en Italie. Arminè est titulaire d’un diplôme d’artiste, M.Mus, B.Mus de l’école de musique Schulich de l’Université McGill.

Enrique Angeles, baryton-basse- apôtre Pierre

Le baryton-basse Enrique Angeles surprend son auditoire avec sa voix riche, puissante et magnifiquement veloutée.

 

En 2019, il a fait ses débuts dans le rôle principal de Rigoletto de Verdi. Ses engagements récents en 2018 comprenaient le rôle principal dans  l’opéra Bluebeard Castle de Bartok dans le cadre des activités du festival Impulso de l’UNAM. Il faisait partie du Bellas Artes Soloists Ensemble. Il a donné des concerts dans plusieurs pays, notamment en Corée du Sud, en Espagne, au Portugal, en Italie, en France et en Lettonie. Il a joué avec les orchestres les plus prestigieux du Mexique: le Bellas Artes Theatre Orchestra, le National Symphonic Orchestra, l'Orquesta Sinfonica de Mineria, l'Orchestre Estado de Mexico, l'Orchestre Philharmonique 5 de Mayo, entre autres.

 

Il a joué des rôles principaux dans les théâtres mexicains les plus importants, tels que le Palais des Beaux-Arts, le Théâtre Degollado, le Théâtre Peon Coreras, l'Auditorio Nacional, le Théâtre Bicentenario et la Salle Nezahualcoyotl, pour n'en citer que quelques-uns; son répertoire comprend des rôles principaux dans les opéras suivants: Turandot de Puccini, Don Pasquale et Rita de Donizetti, Der Jasager de Weill, Don Giovanni de Mozart et Les noces de Figaro, I pagliacci de Leoncavallo, Carmen, Die Dreigroschenoper, Tosca, La Boheme, Traviata ainsi que les opéras The Telephone and The Medium de Menotti, et des opéras mexicains tels que La Orestiada de Bañuelas, La Güera Rodríguez de Mabarak, El Juego de los insectos d'Ibarra, La mulata de Cordoba de Moncayo. Il a également fait ses débuts en première mondiale de Der Kaiser von Atlantis de Viktor Ullman.

 

Artiste polyvalent, il a également interprété différents genres, tels que la zarzuela et l’opérette, dans Le Comte de Luxembourg et La Viuda Alegre, Las Leandras, Die Fledermaus, La Verbena de la Paloma et dans le cadre de sa vaste polyvalence, il faisait partie de l'opérette Iolanthe, chantant en tant que contre-ténor.

 

Quant à son répertoire de concerts, il comprend Les sept dernières paroles du Christ de Joseph Haydn, Requiem de Brahms, Verdi, Fauré et Mozart, Stabat Mater de Rossini, Misa in tempore Belli de Haydn et Carmina Burana de Orff, qu'il a récemment chantées, avec les plus grands orchestres du pays, y compris des représentations récentes au Fine Arts Theater, avec le Bellas Artes Theater Orchestra.

 

Né à Mexico, Enrique Angeles a commencé sa formation en tant que chanteur d'opéra à l'Escuela Superior de Musica et au Conservatorio Nacional de Musica de Mexico, puis a fait des études au conservatoire Francesco Venezze de Rovigo, en Italie. Il a reçu le prix Bellas Artes du concours Carlo Morelli. Il a également été finaliste au concours d'opéra de San Miguel de Allende et demi-finaliste aux concours Competizione dell Opera et Neue Stimmen, tous deux allemands.

Chantal Dionne-soprano- rôle de Marie

Chantal Dionne éblouit le public avec son charisme unique à elle seule ainsi que par sa grande voix veloutée et sa personnalité élégante. Prochainement, nous pourrons entendre Chantal en récital solo au Nouveau-Brunswick avec le pianiste Julien Leblanc ainsi qu’au Concert Bénéfice du FestivalOpéra de Saint-Eustache dans le duo "Luna sub nocte"  2ème Mouvement du concerto 'Excelsitas' du Compositeur français David Alan-Nihil, avec le baryton Hugo Laporte et  accompagnée de Louise-Andrée Baril au piano et présenté en première mondiale.

 

Récemment, nous avons pu entendre Chantal Dionne dans le Requiem de Verdi qui a été présenté à Ottawa et à Montréal dans le cadre de la série de concert Viva Verdi. A Montréal, nous l’avons également entendu dans le Messie d’Haendel avec l’orchestre de chambre McGill sous la direction de Boris Brott, dans la 9e Symponie de Beethoven ainsi que dans le Requiem de Brahms avec l’Orchestre Philarmonique de Montréal et le Chœur de l’UQAM sous la direction de Pascal Côté.  A l’opéra, nous avons pu l’entendre dans le rôle de la 4 ième Servante dans l’opéra Elektra de Strauss avec l’Opéra de Montréal ainsi que dans un rôle de fille-fleur dans l’opéra de Parsifal de Wagner sous la direction de Yannick Nézet-Séguin au Festival de Lanaudière. Chantal Dionne a aussi interprété avec brio le rôle de Lucy dans Le téléphone de Menotti aux côtés du baryton Jean-François Lapointe et la pianiste Louise-Andrée Baril au FestivalOpéra de Saint-Eustache.

 

Lauréate au Concours Musical International de Montréal, le soprano canadien Chantal Dionne a également remporté un triple triomphe en Italie au 56e Concours International Gian Battista Viotti : 1er Prix, Prix du Public et Prix pour le meilleur candidat étranger.

 

Son premier disque-récital, « Romances » avec la pianiste Louise-Andrée Baril est un succès international. «Chantal Dionne, soprano lyrique au timbre velouté, aux aigus impeccables, à la ligne de chant jamais heurtée, doublée de pianissimo élégiaque, fait merveille dans ce répertoire. (Rachmaninoff - Liszt, de son disque Romances) » B.N., Codaex, Médan, France.

 

Que ce soit en récital ou en concert, la soprano a un vaste répertoire lyrique qui varie de l’opéra à la mélodie en passant par l’oratorio. Récemment, nous avons pu entendre Chantal Dionne en tant que soliste dans le Requiem de Mozart et la Messe Solennelle de Beethoven; la critique parle de sa prestation comme ayant été remarquable : « Du Kyrie à l’Agnus Dei, la soprano québécoise a démontré une agilité et une sensibilité vocale remarquables et a su animer les multiples ensembles avec l’Orchestre. »

 

A l’étranger, la soprano acadienne récolte tout autant de succès. Elle a obtenu des éloges pour ses performances dans les rôles de Micaëla dans Carmen de Bizet (France), de Hélène dans Véronique de Messsager (France) ainsi que celui de Pamina dans Die Zauberflöte de Mozart (Vienne).

Marcel Beaulieu, basse- rôle du Caïphe

La critique louange fréquemment la basse Québécoise Marcel Beaulieu en qualifiant sa voix riche et profonde et saluant ses généreuses prestations autant vocalement que scéniquement.

 

Ses récents  engagements tenus avec succès incluent le rôle du Vieillard Hébreu dans Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns à l’Opéra de Rimouski  et Le Bailli dans Werther de Jules Massenet à l'Opéra de Québec en octobre 2018.

 

Marcel Beaulieu a participé à la production de Gianni Schicchi de l’Opéra de Québec automne 2016 où il tena le rôle de Betto; dans le rôle du Juge à la première mondiale de « Another Brick in the World » de l’Opéra de Montréal et, récemment, nous le retrouvions à l’Opéra de Québec tenant le rôle de Sparafucile (Rigoletto).

 

En juin 2015, il a tenu le rôle de Crespel (Conte d’Hoffmann) à l’Opéra de Rimouski et est réinvité la saison 2016 pour le rôle de l’archi-druide Oroveso, père de Norma. Juin 2017, il participa à L’Opéra Gala.

 

Diplômé d’une Maîtrise en Chant interprétation de l’Université Laval, Marcel Beaulieu a chanté de nombreux rôles dont: Conte Ceprano, (Rigoletto, Opera Hamilton), le roi de la mer (Sadko, Opera in Concert Toronto), l’Esprit du Lac (Rusalka), Don Alfonso (Lucrezia Borgia), Silva (Ernani), Lothario (Mignon), Marquis d’Obigny (La Traviata, Opéra de Québec), Prince de Bouillon (Adriana Lecouvreur, Opera York), Premier soldat (Salomé, Opera Lyra d’Ottawa), rôle titre de l’opéra Attila (Tryptych Production Toronto), Rocco (Fidelio) (Tryptych Production –Toronto). En mars 2008, nous  retrouvions Marcel Beaulieu, à l’opéra de Metz (France) chantant Palémon dans Thaïs de Massenet.

 

Parmi ses prestations comme soliste, Monsieur Beaulieu garde un répertoire aussi chargé d’oratorios tel que le Stabat Mater de Dvorak (Orchestre du Centre National des Arts d’Ottawa et Orchestre Symphonique de Kitchener Waterloo), La Création de Haydn (Thunder Bay Symphony Orchestra), le Requiem de Mozart (Orchestre Symphonique du Saguenay Lac SaintJean), la Messa di Gloria de Puccini (Orchestre Philarmonique du Nouveau Monde), la Petite Messe Solennelle de Rossini (Rhapsodes de Québec), Requiem de Fauré, Les Sept Paroles du Christ de Dubois (Orchestre philarmonique du Nouveau Monde), la Missa Solemnis de Liszt et la Création de Haydn avec l’Orchestre de la Société philharmonique de Montréal.

Danny Leclerc, ténor- apôtre Jean et David

Natif de la région de Québec, ce ténor dramatique se distingue en autre par son répertoire varié.  La richesse et la puissance de sa voix lui permet  de chanter des œuvres de différents styles, allant de l’opéra, à la musique sacrée, en passant par la mélodie française et le lied allemand.  

 

ll a déjà chanté bon nombre de rôles, notamment Tebaldo (I Capuleti e i Montecchi) avec Opéra Immédiat, Le Bésilien (La vie parisienne) Théatre lyrique de la Montérégie, Jacques (Trois jeunes filles… nues, Moretti) avec la troupe Belle Lurette, Frederick Fleet (Titanic, Yeston) à l’Opéra-Théâtre de Rimouski, ainsi que Luigi (Il Tabarro, Puccini), Le Journaliste et Lacouf (Les mamelles de Tirésias, Poulenc) avec la Théâtre lyrique de Laval. Dernièrement, il a chanté  la Cantate BWV 142 de Bach, l’Oratorio de Noël de Saint-Saens, le Requiem de Verdi, la Grande messe de Vigneault et le Requiem de Mozart. Nous l'avons aussi entendu dans les rôles de Laerte dans Hamlet d'Ambroise Thomas, Don José dans Carmen avec Opéra café-concert et Rodolpho dans La Bohême avec Opéramore. Il a également participé au Festival Music and Beyond d’Ottawa pour le concert 400 ans d’Opéra et au Festival International des Laurentides.  Récemment il a participé au Festival Fringe de Montréal avec Opéra Outside the Box.

 

Nous pourrons prochainement l‘entendre lors des concerts Jeune Verdi au Festival d’Opéra de Québec et dans le Messie d’Haendel avec Opera Amore d’Ottawa.

Rodrigo Monardès-Marin, ténor- apôtre Thomas

Au cours des dix dernières années, Rodrigo a été chanteur principal et a joué sur scène dans divers concerts, opéras, opérettes et comédies musicales dans la grande région de Montréal, la ville de Québec et les Cantons de l'Est. Il a également eu la chance de s’essayer au théâtre ces derniers temps, quand il a joué le rôle du frère dans Much Ado About Nothing de Shakespeare.

Benoit Pitre, baryton-basse Ponce Pilate

Benoit Pitre se distingue par son charisme, son timbre riche et chaleureux ainsi que ses talents d'acteur.

 

Du côté de l’opéra, il interprétera en 2019 Frank dans Die Fledermaus en Allemagne.  Ses engagements récents comprenaient en 2018 plusieurs débuts dont le Grand inquisiteur dans Don Carlos avec le Landesjugendorchester Nordrhein-Westfallen, Kezal dans Die verkaufte Braut au Opernsommer Chorin, la première allemande de l’opéra contemporain Was bleibt à Nürnberg dans le rôle du Bürgermeister, ainsi que le premier contact avec Wagner en tant que Fasolt dans Das Rheingold.  Il interpréta également de nouveau lo zio Bonzo dans Madame Butterfly.  En 2017 il créa le rôle du « Grauer » dans l’opéra contemporain Schattenlos à Berlin, interpréta Leporello de nouveau ainsi que son premier Bonzo dans Madama Butterfly puis Melisso dans Alcina de Händel.

 

En 2015 à Berlin il fit son début en tant que Don Giovanni en version allemande, et chanta Siméon dans une version mise-en-scène de L'enfant prodigue de Debussy. Vint ensuite une autre création,  la pièce de  « Tanztheater » Pizzeria Anarchia avec la fameuse troupe de danse contemporaine italienne Balletto Civile au Teatro della Tosse de Gènes, aux Musiktheatertage Wien ainsi qu’au Neuköllner Oper dans le double rôle du chanteur d’opéra/chef de la police vienoise.  En 2014 on l’entendit comme Johann dans Werther et comme Graf Almaviva dans Figaros Hochzeit en allemand à Berlin, et il chanta Raphael et Adam dans une version mise-en-scène de la Création de Haydn avec le Lübecker Singakademie.

 

Il a fait son début américain en tant que Lord Cecil dans Maria Stuarda de Donizetti en 2013 et chanta Don Pizarro et Don Fernando dans un Fidelio mis-en-scène par Stefan Neugebauer à Berlin.

 

Il a eu ses premières expériences sur scène avec Leporello dans Don Giovanni, Zuniga dans Carmen et Crespel, Luther et Schlemihl dans Hoffmans Erzählungen au Komische Kammeroper München de même que Zuniga au studio d’opéra de l’UQAM et The Keeper dans The Rakes Progress à Opera McGill, avant d’interpréter Peter Quince dans A Midsummer Night’s Dream de Britten au festival de Tangelwood en 2004. Benoit Pitre fut ''fellow“ du Junger Musiker Stiftung Bayreuth ainsi que du renommé Tanglewood Music Centre au Massachusetts/USA.

 

Né à Montréal, Benoit Pitre eu son premier contact avec le chant dans une chorale d’enfants à l’église. Il a poursuivi ses études musicales à la State University of New York puis ensuite à McGill ou il a obtenu le B.Mus en interprétation en 2004 en tant que baryton-basse.

 

Du côté des comédies musicales, il aura sont début en tant que Kaiaphas dans  Jesus Christ Superstar à Lucerne au printemps 2019, créa le rôle principal de l’Aviateur en 2016 dans Der kleine Prinz une nouvelle production allemande basée sur le Petit prince de Saint-Exupéry qui fut en tournée pendant 3 mois en Europe germanophone, et prit part au tournées européennes de Das Phantom der Oper dans le rôle du Perse en 2018-2019, 2016-2017 et 2012-2013.

Helga Dathe, premier violon pour l’opéra Rabbi

La brillante violoniste Helga Dathe est l'instigatrice du fulgurant quatuor

StringKatz formé tout récemment  qui surprend et séduit son public à chaque représentation ainsi que du fameux trio KatzClassique.

 

Helga Dathe, violoniste détient une maîtrise en musique du Mannes College of Music de New York. Membre de l’Orchestre symphonique de Laval et de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières et elle se produit régulièrement avec de nombreux ensembles musicaux du Québec. Elle a été à trois reprises, lauréate du premier prix du Concours de musique du Canada.

 

Depuis sa formation, le trio à cordes  KatzClassique formé de Helga Dathe et Marie-Claude Martel aux violons ainsi que Kateryna Bragina au violoncelle s'est produit maintes fois à différentes occasions telles que des cérémonies protocolaires en l'honneur du Prince Albert II de Monaco, des événements corporatifs prestigieux et différentes séries de concerts de musique de chambre.

 

Le quatuor classique féminin StringKatz présente dès maintenant un premier album en carrière intitulé Dream Out. Cet ensemble musical revisite les grands succès rock de tous les temps allant des classiques de Led Zeppelin, The Beatles, Queen, Aerosmith, Sting et plusieurs autres. L’album Dream Out, disponible depuis le 19 octobre dernier, présente 11 œuvres instrumentales, ainsi qu’une composition originale.

 

Composé de deux violons, un piano, ainsi qu’un violoncelle, ces 4 instrumentistes féminines au talent hors du commun vous feront redécouvrir les grands classiques du rock avec toute leur fougue et leur passion. Vous serez touchés par la justesse de leur jeu et l’énergie débordante qu’elles insufflent à chaque pièce.

 

À vous de découvrir les membres de StringKatz composé de

Isabelle Mathieu, piano- Détentrice d’une Maîtrise en interprétation-piano de l’Université de Mtl. Pianiste invitée pour divers événements et clients de grande envergure : Juste pour rire, Prince Albert de Monaco, gouvernement du Québec, Casino de Montréal et du Lac-Leamy. Ses talents d’interprète l’ont aussi mené à se produire avec des artistes de renom; Patrick Watson, René Simard et Serge Postigo.

 

Kateryna Bragina, violoncelle- Diplômée de l'Académie nationale ukrainienne Tchaïkovsky. À 17 ans, on lui décerne le premier prix au concours national" The New Names of Ukraine "ainsi qu'une deuxième place aux concours internationaux Eugen Coca en Moldavie et Kazimierz Wilkomirski en Pologne. Soliste dans la première de "Dragoncello" pour six violoncelles et orchestre du compositeur Paul Desenne présenté par l'orchestre I Musici de Montréal à la Place des Arts. En plus d'être membres de l'orchestre "Nouvelle Génération" Kateryna fait aussi partie du quartet "Turovsky". Kateryna enseigne le violoncelle à l'école FACE depuis 2003. Marie-Claude Martel, violon- Débute le violon sous la direction des professeurs du conservatoire de musique de Mtl. Elle termine son parcours à l’université avec des études de 2e cycle en interprétation/violon. Elle joue actuellement avec plusieurs orchestres symphoniques, tels que la Sinfonia de Lanaudière, l’Orchestre symphonique de Sherbrooke, l’Orchestre symphonique de Laval et de nombreux autres ensembles musicaux.

 

Vous serez séduits dès la première écoute. Cette démarche audacieuse et réussie démontre toute l’ampleur du talent de ces quatre remarquables musiciennes.